Menu

Cart

Nos vins primés en France, Allemagne et en Suisse

Nous avons le plaisir de vous annoncer que nos vins ont été bien appréciés à l'occasion des concours suivants:

« Le Roi », 100% Tannat, IGP Ariège :
− Millésime 2014: Médaille d'or au Concours international de Lyon 2016 en France
− Millésime 2013: Grande Médaille d'Or au sixième Prix international du vin biologique 2015 (Bioweinpreis) en Allemagne : 220 établissements vinicoles et distributeurs en provenance de vingt pays y ont pris part avec 923 vins biologiques. « Le Roi » est le seul vin français à avoir été ainsi récompensé.
− Millésime 2013: Médaille d'Argent au vingt-deuxième Concours international des vins Zurich 2015 (IWPZ) : 2200 vins des meilleurs terroirs au monde y ont été dégustés !

« Tête sage », 100% Merlot , IGP Ariège :
− Millésime 2014: Médaille de bronze au Decanter World Wine Awards 2017
− Millésime 2014: Médaille d’or au Concours des Vignerons Independants 2017 en France

− Millésime 2014: Médaille d’argent au Concours international de Lyon 2016 en France

− Millésime 2013: Médaille d'Or au sixième Prix international du vin biologique 2015 (Bioweinpreis) en Allemagne
− Millésime 2013: Médaille d'Argent au Concours international Mundus Vini 2015 en Allemagne (400 vins biologiques du monde entier en dégustation).
− Millésime 2013: Médaille de Bronze au vingt-sixième concours des Vignerons Indépendants 2015 (plus de  6000 vins en dégustation)

« Nez creux », Merlot/ Tannat , IGP Ariège :
- Millésime 2014: Médaille d’or au Concours international des vin bio 2016 en Allemagne

« Fait du bruit », Cabernet Sauvignon/ Merlot, IGP Ariège :
- Millésime 2014: Médaille d’or au Concours international des Cabernet 2016 en France

... il existe désormais l'appellation Région Ariège dans les listes de sélection !

Lire la suite

La Depeche - un nouveau regard sur le vin d'ici

D. BENZ, UN NOUVEAU REGARD SUR LE VIN D’ICI

la depeche foto2
Le vin bio ariégeois de Dominik Benz est élevé dans le chai de Monginaut en fûts de chêne - au moins pendant un an - dont la plupart sont neufs et donc, très onéreux. Mais le vigneron est déjà en train de faire construire son propre chai sur le domaine de Beauregard pour ses cinq rouges et son rosé./Photo DDM, G. J.
 
Au Fossat, Dominik Benz s'est lancé dans la création de vins sur le domaine du moulin de Beauregard. L'épopée d'un informaticien de banques suisses, d'origine allemande, qui a voulu devenir vigneron. En Ariège.

L'accent n'a juste rien à voir avec l'Ariège. Pourtant Dominik Benz produit du vin d'ici. Et bio. Et un tantinet «haut de gamme», même s'il ne le dit qu'à demi-mot. En français dans le texte. Sur la colline du moulin de Beauregard, ce quadragénaire suisse-allemand bichonne ses 6 hectares et demi de vignes d'indication géographique protégée (IGP) depuis l'automne 2013.

PUBLICITÉ
 

Avant, il était informaticien. Puis il en a «eu marre», l'envie de tout plaquer. «Ma mère habite le Piémont italien et m'a encouragé à me lancer dans une activité viticole. Travailler dehors pour créer quelque chose : elle savait que ça allait me plaire», se souvient Dominik Benz (1). Alors il se lance.

Formé pendant trois ans dans le Grison, en Suisse, il travaillera ensuite comme employé à l'Institut des vins durant un an. Mais ce besoin de «créer» n'était pas assouvi. «Je voulais faire mon propre vin. En Suisse, je cherchais des vignes en fermage mais j'ai vite compris que ça allait être compliqué : il y a énormément de petites parcelles qui sont exploitées en famille et donc, très peu de possibilités.»

Le choix du tannat «pur»

Ensuite, c'est «la chance», le «hasard» qui amèneront Dominik Benz à rencontrer, via une connaissance en commun, M. Gerber qui possédait Beauregard mais qui n'était plus exploité. «Quand j'ai vu cette colline et ce moulin, ça m'a plu de suite. J'ai vraiment trouvé ça très joli.»

Puis, il revient pour choisir les cépages : merlot, cabernet, syrah. Mais surtout, le tannat, typique du Sud-Ouest, qui était déjà planté sur le site et qu'il a tenu à préserver. «On le trouve jusque dans le Madiran. Souvent, les viticulteurs le coupent avec autre chose mais moi, je le voulais en monocépage pour avoir du vin pur et local. C'est un cru très dense et aromatisé, l'un des plus costauds car il mûrit tardivement. Il ne faut donc pas le boire en mangeant des chips !»

«Un attachement à l'Ariège»

Car comme son nom l'indique, c'est le plus concentré en tannin et le plus riche en composés phénoliques. D'où cette couleur rougeâtre, presque brune. Pour un petit 15 degrés en bouche sur «un rôti de bœuf ou des grillades, par exemple». «On lui retrouve des arômes de moka, de café et même, de vanille : c'est un vin très rond.» Un cru qui a reçu la médaille d'or du concours international Mundus Vindi qui s'est tenu en Allemagne l'an dernier.

En même temps, la bouteille a été baptisée Le Roi et arbore l'ours des Pyrénées sur l'étiquette. «Sur ce coup-là, on a mis les pieds dans le plat !, ironise-t-il. Mais on cherchait des animaux emblématiques des Pyrénées, ou qui ont une histoire avec le domaine, pour montrer notre attachement à l'Ariège.» Et ce n'est pas qu'une expression. Déjà, parce qu'il la connaît, l'histoire. L'Ariège aussi en fait. «On l'oublie parfois mais c'était bien une terre viticole : à cause du phylloxéra à la fin du XIXe siècle et des guerres, nombre de vignerons ariégeois ont dû tout arracher et n'ont pas pu replanter à cause du coût des plants et surtout, des produits nécessaires pour lutter contre cette maladie.»

En l'occurrence, des pesticides qu'il a décidé de bannir de sa petite exploitation bio sur laquelle il parvient à produire entre 11 et 15 000 bouteilles par an. Un petit rendement pour une cuvée, pour l'heure, encore confidentielle. «On intervient bien plus souvent sur les vignes, les vendanges sont faites à la main et le vin est élevé en tonneaux de chênes au moins un an. Je savais que le jour où je produirai mon vin, il serait bio.» Et qu'il espère voir être reconnu au prochain concours agricole de Paris.

En attendant, haut perché sur le bien nommé domaine de Beauregard, il admire la vue à 360° sur les Pyrénées. «Je n'aurais pas pu aller ailleurs !», sourit-il en admirant son petit bout de Suisse. Au cœur de la vallée de la Lèze.

Lire la suite

A la découverte du millésime 2013

Notre premier millésime 2013 est en bouteille ! Descriptions et photos sont déjà en ligne sur notre site ; vous pourrez les découvrir dans Les vins, où ils seront prochainement en vente directe. Dautre part, nos bouteilles seront bientôt disponibles chez les commerçants sélectionnés par nous, ainsi que dans des restaurants de qualité. Une liste de nos partenaires sera prochainement mise en ligne.

Lire la suite

Les caprices du climat

Pendant une courte période, l’hiver s’est installé et nous avons eu des températures matinales inférieures à zéro degré. La nature était couverte de givre et les Pyrénées enneigées. Puis à la fin du mois de décembre, le climat s’est réchauffé sous les rayons printaniers du soleil. Nous profitions alors de températures bien agréables pour l e travail dans les vignes.
Il fait de nouveau froid et nous espérons que cela durera au moins jusqu’à la fin de février, ce qui serait essentiel pour la nature.

Lire la suite

A la cave

Le millésime 2014 a eu le temps nécessaire à sa maturation. Il repose à présent dans le s barriques en bois, idéales pour intensifier et harmoniser son arôme.

Lire la suite
Subscribe to this RSS feed